samedi 16 août 2008

Battlefleet Gothic: combats de vaisseaux spatiaux

Battlefleet Gothic (en abrégé BFG) est un jeu "spécialiste" de Games Workshop, basé sur l'univers de Warhammer 40,000.
Il permet de reconstituer des combats de vaisseaux spatiaux dans le sombre futur du XXXXIe millénaire. Dans les ténèbres des galaxies lointaines-très-lointaines, de grandes flottes d'immenses navires de guerre engagent le combat pour la domination de secteurs spatiaux, de convois de précieuses ressources, et de planètes habitables.

J'ai d'abord lu de très grandes éloges sur ce jeu dans des articles du magazine Ravage. Puis j'ai sauté le pas il y 2 ans, à partir du moment où les règles officielles ont été téléchargeables gratuitement en français. C'est assez exceptionnel de la part de GW pour être remarqué.
Tous les fichiers, y compris le supplément Armada se trouve sur le site officiel:
http://fr.games-workshop.com/specialist/bfg/index.asp

On trouve pas mal de flottes à vendre d'occasion sur Ebay angais ou américain. Hélas, le jeu reste toujours confidentiel en France. La VPC de GW fournit les modèles; mais le coût de ceux qui sont en métal reste dissuasif. Comme beaucoup, je me contente des 2 flottes qui disposent de pièces en plastique, donc moins chères.

Du point de vue des disponibilités, l'offre reste quand même grande et s'adresse aux passionnés de warhammes 40 000. Vous pouvez ainsi commander une vaillante flotte de navires impériaux au nom de l'Empereur de l'Humanité, ou une insidieuse horde d'hérétiques chaotiques dont le seul but est d'asservir et de détruire tout ce qu'ils rencontrent, au nom de l'appétit insatiable de leurs dieux maléfiques. Il y a aussi d'autres races impliquées dans ce conflit, comme les énigmatiques eldars, les orks, sauvages et brutaux, les anciens et terrifiants Nécrons, et bien d'autres.

Les flottes sont représentées par des figurines à assembler et à peindre. Chaque "race" a bien sûr un type très reconnaissable.

Voici par exemple ma flotte impériale, au look très gothique, constellé de tourelless anguleuses et de batteries montées en sabords. Les navires impériaux se reconnaissent à leur proue blindée massive, qui laisse apparaître la plupart du temps les tubes à torpilles, l'une des armes favorites des commandants impériaux.



La flotte est composée d'un cuirassé (le gros), de plusieurs croiseurs de type variés, et de quelques escorteurs (frégates, destroyers):



Pour désigner mes vaisseaux impériaux, j'ai utilisé des grades de l'Empire romain: Dux, Primus Pilus, Praefectus, Princeps, Dux Bellorum, Pontifex Maximus...


Les autres caractéristiques des impériaux (vitesse lente, armes à courte portée) les obligent souvent à se déployer en groupes compacts. Certains types de croiseurs disposent quand même d'une arme phénoménale montée en proue: le canon Nova, dont les effets sont aléatoires, mais dévastateurs. D'autres sont capables de porter des aéronefs (bombardiers, chasseurs, etc.).



Pour pouvoir jouer et initier d'autres débutants, j'ai investi également dans une flotte chaotique. Le schéma de couleurs que j'ai adopté s'adapte à la nature sombre et mystérieuse des adorateurs des faux-dieux...



Les caractéristiques de la flotte du Chaos sont: vitesse rapide, armement à longue portée, peu de vaisseaux avec torpilles, blindage plus faible.


Paradoxalement, les vaisseaux chaotiques sont censés être plus anciens que leurs homologues impériaux. Ils datent en effet d'avant l'Hérésie d'Horus (comment vous ne savez pas ce que c'est? Courrez mettre à jour vos connaissances fluffiques). Mais leurs lignes plus effilées, leur plus grande vélocité et leur portée donnent une impression de technologie supérieure. Il est vrai que, au XXXXIe millénaire, l'Imperium est en pleine décadence...



J'ai ajouté pas mal de croiseurs de type variés, mais aussi un redoutable cuirassé bardé de tourelles et de torpilles, ainsi que des petites canonnières pour servir d'escorteurs.



Les noms des vaisseaux renégats s'adaptent à leur nature: Heretic, Antechrist, Anarchist, etc.



La règle BFG est assez simple et plaisante: elle permet de bien reconstituer l'inertie de vaisseaux gigantesques, la multiplicité des armes, mais aussi la capacité de résistance des navires, tant qu'un dégât catastrophique ne s'est pas déclaré. Par contre, la 3e dimension est un peu oubliée. Les concepteurs du jeu se sont avant tout inspirés des combats navals. Ne vous attendez pas à piquer sur votre adversaire. Par contre, vous pouvez l'éperonner, l'aborder et même téléporter des combattants chez l'ennemi...

Séduit par l'univers et la règle, j'ai ajouté des décors très simples: des planches noires couvertes de projections de peintures blanches pour l'espace étoilé, des pierres de lave pour les champs d'astéroïdes, de la paille de fer peinte en noire pour faire des "pions impact"... Vu la taille des figurines, on peut puiser dans la boîte à rabiot pour enrichir les flottes et monter des conversions intéressantes.

Ce qui est dommage, c'est le relativement faible nombre de joueurs qui connaissent BFG. Au club "Histoire et sortilèges", je n'en connais qu'un: Nico Boursin, alias "Boulet". Lui aussi a investi dans des flottes chaotiques et loyalistes.
Hier soir, on s'est fait une partie en 750 points, histoire de se remettre en tête les règles (on n'avait pas joué depuis un an).

Voici les croiseurs renégats de Nico:



Il aime bien le look un peu tendancieux des adorateurs de Slaanesh... Quant aux noms de ses vaisseaux, citons en quelques uns qui vous éclaireront sur la nature de cette flotte: "Le Pornocrate", "Le dard de Slaanesh"... tout un programme.




Mais, au début de la partie, j'essayais de pilonner ses croiseurs à coup de canon Nova, avec peu de succès il est vrai:


Nicolas testait aussi les règles d'un croiseur démon, qui finit par se déployer derrière ma flotte. Je suis parvenu à l'éviter. Mes tirs n'ont guère été couronnés par les dés. Néanmoins, l'artillerie navale et l'aviation embarquée ont réussi à détruire 2 destroyers ennemis, et à désemparer un croiseur qui a dû finir par se désengager.



Néanmoins, à la fin de la partie, mes vaisseaux ont été engagés dans un combat tournoyant où ils étaient désavantagés (du fait de leur plus faible vitesse). Mes pertes se sont accumulées: un croiseur et 3 destroyers détruits.



Une partie sympa, qui nous a donné envie de commencer une campagne. Mais le calendrier nous le permettra-t-il?

2 commentaires:

boulet a dit…

Il est vrai que cette bataille fut bien sympathique, merci Fredthegreat.
Reste pour nous à tenter de nouveaux scénarii pour éviter de se retrouver à faire une ronde pendant notre partie et pour donner envie à d'autres joueurs de venir jouer à ce très bon jeu.

Jess a dit…

ça a l'air cool