lundi 19 juin 2017

Mini-campagne EASY COMPANY en Normandie (3) (BOLT ACTION)


Ayant vu la série, vous vous y attendiez: voici le scénario sur la prise de Carentan. Le matin du 12 juin 1944, la Compagnie E, qui a marché toute la nuit, est chargée de s'emparer du sud de la ville. Carentan est un nœud routier stratégique. Mais ses défenseurs ne l'ignorent pas: le 6e régiment de parachutistes du colonel von der Heydte a pris position. On les appellera les "Lions de Carentan".


Durée: La partie se joue en 8 tours.



Effectifs:
Easy Coy: 6 groupes de 6 paras (tous vétérans) dont 3 avec LMG, un groupe Winters + 2 biffins, un groupe avec 1 infirmier + 2 biffins, 1 mortier de 60mm avec observateur, 1 obusier de 75mm avec jeep de transport.



6. FJ  regiment: 4 groupes de 7 paras (vétérans) avec 1 MG 42 par groupe, 1 MMG, et un groupe avec Leutnant +  2 paras.
A partir du tour 4, l'Allemand dispose également d'un soutien d'artillerie hors-table.



Déploiement:
- La table fait  120 par 120cm.
- Placement caché pour les Allemands: aucune troupe n'est placée sur la table. Seuls les joueurs allemands et l'arbitre savent où ils sont planqués (préciser l'étage, derrière une fenêtre ou une porte, etc.). Dès qu'une unité allemande tire, se déplace ou que les Ricains se retrouvent à 3 pouces ou moins, l'unité concernée (entière) doit être dévoilée dévoile.
- Pour les Ricains, le déploiement à l'entrée de la ville, à partir du bord de table spécifié.



Règles spéciales du scénario:
- Achtung Munitionsmangel! Les Allemands manquent de munitions (le 6e FJ Regiment combat depuis l'aube du 6 juin et est encerclé depuis deux jours). Chaque fois qu'une LMG ou la MMG a tiré, on lance un dé: sur un 1, la MG42 a été trop gourmande et les tireurs devront lâcher des rafales moins longues à partir du tour suivant: l'arme tirera à moitié de sa puissance (arrondie à l'inférieur) pour le reste de la partie.


- Zum Rückzug blasen! A partir du 4e tour, les Allemands doivent décrocher (l'arrière-garde a reçu l'ordre du colonel von der Heydte d'abandonner la ville... ce qui se révéla historiquement désastreux puisque des renforts SS allaient arriver juste après...). 


A partir du 4e tour, sur un 5+ les joueurs allemands doivent envoyer l'une de leurs unités (selon leur choix) rejoindre son bord de table: le mouvement sera ensuite poursuivi chaque tour jusqu'à ce que l'unité sorte par le bord de table allemand. A partir du tour 5 et pour les tours suivants, le test pour savoir si une unité sort se fait sur un 4+. Les unités en fuite gardent leur pinned mais ne sont pas démoralisées: elles doivent effectuer un advance ou un run jusqu'à ce qu'elles sortent de la table; mais elles peuvent tirer si une cible se présente durant leur trajet (et si elles reçoivent un ordre d'advance).

- Conditions de victoire: Il y a 3 bâtiments (au centre de la table) dont il faut s'emparer. Au début de la partie et jusqu'à ce que les Américains la capturent, on considère chaque maison-objectif comme revenant aux défenseurs allemands.



How it played?

A la suite de leur victoire à Brécourt (voir archives du blog), les paras US avaient 3 cartes à choisir parmi celles proposées ici:
Encore merci au Club Rathelot pou ces bonnes idées!



Les Ricains prirent "Stars & stripes" pour Winters et "Blood and Guts" pour les 2 unités de paras. Il fallait en effet se préparer à des corps-à-corps sanglants... Les unités dans les bâtiments sont en couvert lourd pour les tirs: 6+ pour toucher ET 6+ pour éliminer...



Je vous laisse découvrir la magnifique table réalisée à partir des décors d'Olivier et des miens:


Les 3 objectifs sont au milieu: la grande maison normande au toit d'ardoises et, à côté, la petite au toit de tuiles et celle accolée.


Forcément, au petit matin, la ville paraît bien tranquille...


Un calme trompeur?


Pas un chat... mais de malheureux bovidés.




C'est calme? Non, car chaque porte de l'aimable bourgade peut dissimuler un Lion.




Autre vue sur les objectifs.


Les Fallschirmjägers décidèrent de se déployer dans la rue principale et le plus en avant possible pour avoir des opportunités de tir. Ils occupèrent le bâtiment sur la droite de l'image, la maison objectif du centre, ainsi que deux maisons au milieu sur la gauche.




Le clocher de l'église fut occupée, non par un sniper (avouez que vous y pensiez!), mais par la MMG!




Le plus grand objectif avait été laissé inoccupé... une bonne stratégie? L'avenir le dirait...



Plan rapproché sur les objectifs.



L'arrière des objectifs, vu depuis la rue secondaire. 


Donc, ce matin-là, le lieutenant Winters lève le bras...



... et un premier squad s'élance vers l'entrée de la ville.



 Ils sont bientôt rejoints par un deuxième.


Le premier groupe d'Allemands, en embuscade, réagit en ouvrant le feu.




Le squad de Guarnere se prend des pertes! Toujours les mêmes! Un médecin! Où est le Doc'?!?





Lipton réagit en positionnant les LMG et en répliquant aux tirs ennemis.


Pas le temps de tergiverser! Il faut poursuivre l'attaque! Winters hurle aux hommes de se relever et de bouger!


L'un des squads finit par entrer dans l'une des maisons à gauche de la rue principale.



Ils sont bientôt rejoints par le Doc'.


L'obusier de 75mm apporte alors son précieux appui-feu aux assaillants.



Mais le couvert protège les paras allemands.



Au deuxième tour, la progression américaine se fait plus méthodique.


Le squad de Martin avance à l'étage pour prendre sous un feu croisé les défenseurs allemands de l'autre côté de la rue.


Le mortier de 60mm tire un fumigène au milieu de la grande rue, histoire de casser les lignes de vue!


Et l'un des squads s'avance par la rue de derrière.


Au pied du bâtiment d'où partent les rafales ennemies, Winters dirige son monde.


L'avance reprend. le plan américain est d'éviter la rue principale et de contourner par les flancs, en maximisant les tirs croisés.


L'obusier expédie également un fumigène pour masquer l'avance. 



Les Fallschirmjägers sont pris au piège de leur placement trop avancé: se redéployer, c'est se dévoiler!


Aussi, les joueurs allemands préfèrent-ils ne pas bouger. Pendant ce temps, les hommes de l'Airborne progressent en file indienne.


Au 3e tour, ça y est! Ils sont derrière les objectifs!


Et prêts pour lancer la charge!


Verdamnt! Au 4e tour, un Zug allemand est contraint de décrocher!


Il prend par une allée parallèle à la rue principale en faisant attention aux tirs ennemis.


Aussi au 4e tour, les espoirs germaniques se tournent  vers leur soutien d'artillerie. L'observateur vérifie ses coordonnées...



Les mortiers en lisière de la ville tirent...


Et à la suite d'une mauvaise vue, ou d'un pas de bol énorme, l'observateur se prend lui-même le projectile! Les joueurs allemands hurlent!


Les Allemands s'accrochent toujours à la lisière de la ville.


Mais ils sont tournés et doivent progressivement décrocher. 


Et c'est l'assaut sur la grande maison-objectif!


Les Ricains utilisent opportunément leur carte bonus pour éliminer les défenseurs.



Derniers tours, c'est la retraite pour les Lions... qui jurent bien de revenir vainqueurs dans Carentan!






 Merci au site Bob's fighting 40s pour les photos de reconstitueurs "en action".



La Easy sera t-elle encore vainqueur la prochaine fois? Va t-elle remporter haut la main et insolemment cette campagne?






 Réponse au prochain épisode!



2 commentaires:

cyrille fosset a dit…


Pourrait-on avoir les pertes de la Easy ? :)

Les faits d'armes allemands sont completement occultés !!!

Le reporter doit travaille pour Yank :)

Sinon superbe CR.....:)

gilel a dit…

Effectivement c'est très plaisant à lire, et la table est magnifique , quels détails !