mercredi 3 mai 2017

Mini-campagne EASY COMPANY en Normandie (2) (BOLT ACTION)



Guarnere-Gonorrhée vous invite à suivre le 2e épisode de la mini-campagne sur la Easy Company en Normandie: l'ultra-célèbre et célébrée attaque de la batterie de canons de Brécourt, le matin du 6 juin. Un des temps forts de l'épisode 2 "Day of Days" de la série.


Pour établir ce scénario, j'ai suivi l'excellente proposition du Sergent Perry, dont le site est un modèle pour le Wargames français.



Scénario n°2 : « La batterie de Brécourt»

C’est le jour J, l’invasion a commencé. Alors que le 2e bataillon du 506e Parachute Infantry Regiment commandé par le Lt-Colonel Robert L. Strayer a atteint le hameau du Grand Chemin au nord de Sainte-Marie-du-Mont, une batterie d’artillerie allemande qui n’avait pas été localisée par les Alliés, a commencé à pilonner la plage d’UTAH. La compagnie E reçoit l’ordre de réduire la batterie au silence. Sans nouvelle de l’officier commandant l’unité, le Lt. Meeham, le Lt. Richard Winters réunit rapidement les quelques hommes de sa compagnie et les conduit dans les champs bordés de haies au sud du village vers le manoir de Brécourt… 



Durée de la partie : au bout du 8e tour, on lance un dé. Sur 1-3, la partie se termine ; sur 4-6, la partie se prolonge. Au bout du 9e tour, on lance un dé : sur 1-4, la partie se termine, sur 5-6 la partie se prolonge. Etc.

Placement et effets des décors :
La table mesure 180 par 120 cm.





De nombreuses haies bocagères séparent la table. La zone en L est le système de tranchées. Le camp américain doit déployer toutes ses unités dans la zone rouge, jusqu’aux haies de son bord. Le joueur Allemand doit placer les unités dans les zones bleues correspondantes. Les autres unités allemandes en réserve entrent au tour 3 par la zone bleue située sur un bord.


Objectif : L’objectif est de chaque camp est simple : détruire ou protéger les pièces d’artillerie et infliger autant de pertes que possible à l’adversaire en préservant les siennes.




Forces et mise en place :




*Américains :
- 3 unités de 6 troopers (dont 2 avec MMG), 1 officier (Winters) avec 2 troopers. Chaque NCO et Winters disposent de TNT.
- Renforts (entrent en réserve à partir du tour 4): 1 infirmier avec 2 troopers, 3 unités de 6 troopers (dont 1 avec MMG), 1 équipe de servants de mortier (avec 2 observateurs). Les 3 unités de troopers en réserve arrivent avec 1d3-1 marqueur PIN (cela correspond aux pertes de la 1ère partie).
Tous sont Vétérans.



Caractéristiques du 1st Lieutenant Dick Winters :
    * Tacticien hors-pair : son bonus de commandement est de 4+ et son rayon de commandement de 12 pouces au lieu de 6.
 * « Nous sommes des paras, nous sommes supposés être encerclés » : toute infanterie ou artillerie vétéran dans le rayon de commandement de Winters obtient la caractéristique Stubborn-obstiné : si forcé de faire un test de morale lorsque 50% des effectifs de l’unité sont détruits, le test se fait sur la valeur de morale normale (10) sans tenir compte des marqueurs PIN.




*Allemands :
- Dans la tranchée : 2 obusiers de campagne de 105mm avec 12 artilleurs (armement WYSIWYG) ; 1 Zug de 9 hommes avec 1 MG34 ; 1 MMG42.
- En réserve : 1 Leutnant avec 2 soldats avec SMG ; 3 Züge de 7 hommes avec 1 NCO SMG, 4 fusils, 1 LMG42.
Tous sont classés expérimentés.




 Règles spéciales :
*Les haies / le bocage. Elles donnent un couvert léger et il n’y a pas de pénalité pour l’infanterie pour les franchir
* La tranchée. Elle confère un couvert lourd vers l’extérieur et un couvert léger à l’intérieur. Il n’y a pas de pénalité pour y pénétrer. Par contre, pour en sortir, une unité avec un ordre ‘Advance’ ne peut pas avancer et tirer à cause des efforts fournis pour escalader le rebord de la tranchée.



* Détruire une pièce. Pour détruire une pièce d’artillerie, une unité équipée de *TNT* doit recevoir un ordre ‘Down’ en étant à moins de 1” de la pièce. A la fin du tour, la pièce est considérée comme détruite.
* S’emparer des cartes. Pour s’emparer des cartes, le LT Winters et son unité doit recevoir un ordre ‘Down’ en étant à moins de 1” du poste de commandement. A la fin du tour, les cartes sont en possession du LT Winters.




Conditions de Victoire :
- Les Allemands marquent 1 point chaque fois que l’une de leur pièce de 105mm tire (elles peuvent tirer 1 fois par tour).
-Si, à la fin de la partie, les Allemands contrôlent un canon, ils marquent 3 points par pièce.
- Les Américains marquent 5 points par pièce allemande détruite.
- Les Américains marquent 2 points point si Winters s’empare des cartes.
Un écart d’au moins 3 points est une victoire décisive. Sinon, c’est un match nul.

Les règles de campagne (merci le club Rathelot!) s’appliquent, mais uniquement pour le camp américain : notez les pertes infligées par les unités US ainsi que les unités US entièrement détruites et les officiers tués.


How it played?

Après ses exploits de la dernière partie, Winters et sa garde rapprochée choisirent la carte bonus "Stars and stripes". 


Or donc, le matin du 6 juin. Les artilleurs allemands sont en alerte et s'apprêtent à dévoiler leur feu pour soutenir les troupes du Mur de l'Atlantique. 


Les caisses d'obus sont sorties des abris, les tubes sont pointés, les lignes téléphoniques vers les postes d'observation sont vérifiées...


Les Allemands ne se doutent pas que les "Amis" sont beaucoup plus près qu'ils ne le pensent... Winters donne sous forme de gestes ses ordres: pendant que le squad de Lipton mettra en position sa MG pour viser la gauche de la tranchée, le squad de Guarnere surveillera la droite pour couvrir le 3e squad de Compton qui s'avancera pour prendre le canon le plus éloigné.


Surtout en silence! Il est vrai que le boucan des tirs des 105mm couvre largement le bruit de la mise en place de la MG...


Compton s'avance précautionneusement. Bon sang ce qu'il est long cet espace entre deux haies!


"ALARM!!!" Les Jerries réagissent! Les tirs de Spandau éclatent!


Damned! Le squad de Compton se fait allumer avant d'avoir pu atteindre le couvert du bocage et prend deux pertes. 



Guarnere s'élance au secours de son copain et longe les haies pour couvrir son mouvement.


Ratatatatatata!! on peut compter sur Lipton pour faire plonger la tête aux défenseurs sur la gauche de la tranchée.


L'avance est bloquée sur la droite! Tiendront-ils longtemps en plein champ? un tour mortellement long s'écoule, pendant lequel la MG tire bande sur bande!



C'est Lipton qui dénoue la situation en s'élançant en avant et en faisant tirer la MG en enfilade dans la tranchée.



Surpris, et accumulant les marqueurs PIN, les défenseurs  baissent la tête. Seuls leurs artilleurs continuent à tirer avec la régularité d'un métronome. 



Guarnere entraine alors ses hommes qui basculent dans la tranchée sur la droite. 



Après un corps-à-corps mortel (pour les artilleurs allemands), les hommes de l'Airborne prennent le 1er canon sur la droite; ils sont aussitôt rejoints par Compton et ses 3 hommes.

Il n'est que trop temps, les réserves allemandes commencent à arriver!



Heureusement (pour les Ricains), au 4e tour, les renforts arrivent!



D'abord un squad, puis toutes les réserves sortent sans trop de casse.


C'est au tour des GI's d'utiliser le couvert lourd de la tranchée pour arroser l'assaillant.



Les renforts allemands tentent bien un assaut sur l'extrémité droite de la tranchée. 



Mais Compton et ses gars les arrêtent par des tirs nourris avant qu'ils n'aient pu pénétrer dans le dispositif.




Finalement, le mortier de 60mm américain noie sous les fumigènes la portion de tranchée la plus proche du bord allemand, afin de dissuader les tirs. Une autre explosion se produit lorsque Guarnere parvient à détruire le premier 105mm.


Sur la gauche, Lipton continue sa mission de nettoyage et fait fuir les artilleurs. Le deuxième canon est pris. Les Américains récupèrent de facto 10 PV, tandis que les Allemands, qui ont réussi à faire tirer un 105 pendant 3 tours et l'autre pendant 4 tous, n'obtiennent que 7 PV. 


Mais les Allemands n'ont pas dit leur dernier mot et leurs réserves s'élancent pour menacer cette fois la portion de tranchée de Lipton, sur la gauche.




Aussitôt, Winters y dirige des renforts.




Et c'est un véritable tir au pigeon qui conclue cette partie lorsque les squads de la Easy font converger leurs tirs sur les Allemands qui essaient de franchir à découvert le pré qui les sépare de la tranchée.





Bilan au 8e tour: les Américains gagnent 10 PV à 7. Les unités de Lipton et de Guarnere sont les héros du match et gagnent une carte bonus pour la campagne! 
Mais les Allemands n'ont pas dit leur dernier mot... et convergent vers Carentan!






Merci au site Bob's fighting 40's pour les photos de reconstitution.






4 commentaires:

stonewall jackson a dit…

un observateur avertit se rendra tout de suite compte de l'avantage HEONTE et je pèse mes mots des caracs de Winters et du reste de sa bande de coupe-jarrets américains...

aucunes chances ces pauvres bidasses teutons :(

Vincent coels a dit…

Excellent compte rendu, encore une fois. Bravo!

cyrille fosset a dit…



Quel genie tactique ces américains !!!!

fredthegreat a dit…

Effectivement, quel génie! ;-)