samedi 13 juin 2009

SAMARA festival historique gallo-romain (30 mai 2009)




Les Gau', les Gau, LES GAULOIS!!!!!





Samedi 30 mai, par une belle après-midi, nous avons profité avec Elsa d'un de nos derniers moments à Amiens pour découvrir le site préhistorique de Samara et, surtout, admirer un spectacle de reconstitution historique gallo-romaine.
En se promenant sous les frondaisons, on pouvait découvrir un camp gaulois, doté d'un impressionnant ratelier d'armes, mais aussi des tentes romaines (sans compter quelques templiers égarés...).
Les reconstitueurs qui organisaient le spectacle sur le plateau de l'oppidum compensaient leur nombre par leur élan et leur enthousiasme.
Etaient tout particulièrement impressionnants la troupe gauloise des AMBIANI (la tribu de la région, qui donna son nom à Amiens).
Leurs deux cavaliers étaient de toute beauté.






J'étais particulièrement impressionné par le virtuose chevelu qui montait sans étrier, bien calé sur sa selle copie conforme du modèle historique.


Et comment oublier le chef de la troupe, sorte de grand gaillard barbu et chevelu, qui se jetait sur les murs de boucliers avec une frénésie de berserk et un talent d'acrobate! J'ai oublié son nom, mais c'était quelque chose en ....os à la fin.



La démonstration des techniques de cavalerie, de l'infanterie légère et du mur de bouclier était tout particulièrement bien rendue.




Les passes permettaient de se rendre compte des avantages de vitesse des cavaliers et de la nécessité de la cohésion pour l'infanterie.


Puis, les cavaliers ont fait une démonstration de leurs talents au lancer et à l'estoc.








Puis est montée dans un ordre presque parfait la troupe VIA ROMANA qui reconstituent des auxiliaires gallo-romains de la Cohors Aquitanorium au 1er siècle après JC.


Accompagnés d'un javelinier nubien, les jeunes et moins jeunes auxiliaires ont fait la démonstration des formations de l'armée romaine, sous les beuglements (en latin s'il vous plaît) de l'Optio.


Désolé pour la qualité des photos (prise avec un portable...) qui ne rendent pas honneur aux soins et à la patience de ces Gallo-Romains. Ils devaient mourrir de chaud sous leur lorica et leur scutum!


Les commandements sont accompagnés du son des buccinateurs.


Et voici maintenant une démonstration qui fera chaud au coeur d'Yvan: l'école de gladiature ACTA, située à Arles. Avec beaucoup de pédagogie et de connaissances (mais peut-être pas assez de recul critique sur les hypothèses qu'on peut tirer de sources assez imprécises), leur chef nous a expliqué le contexte et les techniques de la gladiature. Les combats qui s'en sont suivis étaient de toute beauté, les participants n'hésitant pas à se saisir par le casque pour désarçonner leur adversaire (je n'ose même pas imaginer les coups sur la nuque...).




Le combat entre le Thrace et l'hoplomaque était tout particulièrement impressionnant, et sans doute le plus réaliste que j'ai vu (en se fiant à ce qu'on sait et ce qu'on peut imaginer).










Et l'après-midi s'est achevée par une série de combats où les compagnies présentes se sont avec force enthousiasme jetées l'une sur l'autre (les cavaliers avaient été mis de côté).

Les Romains (qui pour le spectacle avaient oublié leur côté "gallo") s'alignent:


Ils déploient en avant leurs auxiliaires.


Du côté gaulois, c'est bien sûr la ruée au son des cris.


La Furor gallorum vient de frapper.


Victoire! Je ne sais pas comment ça se dit en gaulois (qui le sait d'ailleurs?). En breton, ça serait: "TREC'H!" (prononcez traiherr).


Mais les Romains n'abandonnent jamais! (c'est pour ça qu'ils gagnent toujours à la fin, un peu comme les Anglais d'ailleurs).


Leur formation serrée en Cuneus fait l'effet d'un rouleau compresseur!


Bref, une bien belle journée! Grand merci à ces grand gaillards qui devaient être couverts de bleus le soir!

1 commentaire:

Elsa a dit…

Une magnifique journée en effet, et des animations de grande qualité; encore bravo à ces compagnies et à leur enthousiasme communicatif!